• Home
  • sport
  • Football-CAN 2018 : Madagascar – Guinée Equatoriale le mardi 16 octobre
sport

Football-CAN 2018 : Madagascar – Guinée Equatoriale le mardi 16 octobre

La préparation pour les deux matches des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN), opposant Madagascar à la Guinée Equatoriale, bat son plein. Un défi à relever pour le camp malgache qui va, pour la première fois, programmé une rencontre pour le mardi 16 octobre, alors que le match aller se tiendra dans la nouvelle capitale guinéenne, Dijbloho, le 13 octobre.

Les Barea auront à faire à deux problèmes, dont le premier est de rallier Tana dans les meilleurs délais car il reste trois jours avant le match retour. Le second est bien entendu ce match de mardi, inhabituel pour le public, et surtout un jour ouvrable ; sauf peut-être si le président de la République ad interim, Rivo Rakotovao, qui connaît bien le milieu du football, arrive à trouver un consensus en libérant les employés pour une demi-journée, car après les incidents du match Madagascar – Sénégal, il serait préférable d’ouvrir les portes à 9h.

Six touchers. L’enjeu en vaut la chandelle car les Barea jouent leur qualification à la CAN 2019 sur ces deux rencontres. Il faut et il suffit qu’ils parviennent à battre, par deux fois, les Guinéens et l’affaire est dans le sac.

Et de l’avis de plusieurs supporters, cette mission est bien à la portée des Malgaches. Les langues se délient après l’euphorie de ce match nul contre le Sénégal, et certains pensent qu’on aurait même pu battre ces Lions de la Téranga ; pour peu que l’entraîneur Nicolas Dupuis ait eu le courage de sortir son capitaine Faneva Ima Andriantsima, qui n’était plus dans le coup comme l’attestent les six ballons qu’il a réussi à toucher au cours de la première mi-temps. Et quand on sait que dans la même période, Madagascar avait 64% de possession de balle, ces statistiques n’ont fait qu’aggraver le cas de Faneva Ima.

Et dans ce cas de figure, l’option Njiva ou Carolus en pointe et Zotsara – qui nous a fait défaut contre le Sénégal – de nouveau en meneur, aurait été mieux que d’insister sur un Faneva Ima encore victime d’un manque de temps de jeu quand il occupait les bancs havrais.

Raveloson et Ajorque. La fébrilité de Thomas Fontaine dans la charnière centrale se trouvait aussi au centre des discussions, tout comme William Gros laissé sur les bancs. Et pourtant, il est aujourd’hui évident que les Barea ont besoin d’un attaquant axial.

On se demande d’ailleurs pourquoi le staff malgache ne s’intéresse pas au buteur de Troyes, Ryan Raveloson, qui a marqué vendredi dernier contre Niort. Le fils de Pierre Kely se trouve aujourd’hui dans une forme étincelante et on comprend s’il a des visées en Equipe de France, comme le rapporte Nicolas Dupuis.

Mais la thèse ne tient plus debout car il n’a aucune chance dans le groupe français actuel, alors que la perspective de disputer une CAN servirait mieux ses intérêts, pour peu qu’il ambitionne d’atterrir dans un grand d’Europe.

La même remarque peut s’appliquer à l’attaquant strasbourgeois Ludovic Ajorque, qui a du sang malgache et qui – comme Métanire et Fontaine – est né à La Réunion, plus exactement à Saint-Denis.

A 24 ans, ce géant de 1,97m peut constituer l’arme principale des Barea durant la CAN 2019. Et si cet authentique gaucher a envie de vivre cette aventure avec un grand A, c’est maintenant ou jamais. C’est tout aussi simple que cela.

Clément RABARY

 

Source: Midi Madagascar

Leave a Comment